Ephémères sur la Saône

Par • jeudi 21 octobre 2010 • Rubrique(s): Archives, Mont d Or - Val de Saône, Vos contributions

Profitons de la petite accalmie des activités saonoriennes pour vous parler d’un phénomène tout à fait exceptionnel qui se déroulait, il y a une cinquantaine d’années, dans tous les villages qui bordaient la Saône, de Neuville à Belleville.
Si ma mémoire est encore bonne, celui-ci avait lieu sur une période très courte, entre la fin juin et le milieu de juillet.

On appelait cela, la Manne.

La manne est le nom d’un petit insecte plus connu sous le nom d’éphémère. C’est un petit insecte volant au corps translucide qui ne vit quelques heures. L’éphémère est attirée par la lumière ; c’était d’ailleurs très spectaculaire. Il suffisait de pointer une source de lumière à la surface de la Saône pour les voir sortir de l’eau et virevolter autour de votre lampe torche. Dès que vous éteigniez, ce petit papillon disparaissait et mourait.

Pendant cette période estivale, il y en avait des milliers autour des réverbères. Quand je dis des milliers, c’était peut-être des millions voire plus. Pour vous donner une idée du nombre, j’ai personnellement vu à Trévoux, sous les lampadaires municipaux, des monticules de cadavres d’éphémères pouvant atteindre un mètre de hauteur. Au  petit matin, les pompiers dégageaient, à la lance à incendie, ces énormes tas de petits insectes gluants. Cela rendait d’ailleurs les routes glissantes et dangereuses.

Les plus pénalisés, durant cette quinzaine de jours, étaient les pêcheurs. Les poissons se gavaient de cette nourriture tombée du ciel et ne regardaient plus leurs pauvres asticots se tortillant au bout d’un hameçon.

Ce phénomène a disparu dans les années 70, je ne saurais dire quand exactement. Cette disparition est intervenue au moment où beaucoup de joncs et roseaux ont été arrachés à la rivière. Est-ce dû à cela ? C’est possible, en effet puisque les larves d’éphémères vivaient dans l’eau et se nourrissaient d’algues. L’éphémère adulte ne pouvait pas se nourrir à cause d’une bouche atrophiée. En ayant bouleversé l’écosystème de la rivière, on a fait disparaitre les éphémères de notre vie.

Pour agrémenter le sujet, une petite vidéo tournée à Albias, dans le Tarn et Garonne, au bord de l’Aveyron.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=kjykoCxohbQ[/youtube]

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

Voir les derniers articles de

Mots Clefs : , ,


    Autres articles à lire sur Saônor.fr :

Fatal error: Call to undefined function related_posts() in /var/www/saonor.fr/public_html/mag/wp-content/themes/saonor-1/single.php on line 97