En route pour le nouveau tunnel

Par • jeudi 25 février 2010 • Rubrique(s): Archives, Grand Lyon

Elle est attendue depuis des années ; voici que débutent, à partir du 8 mars, les travaux de la « rénovation lourde » du tunnel de la Croix-Rousse.

Rénovation, même lourde, est d’ailleurs un doux euphémisme lorsque l’on regarde de plus près ce projet.

Il s’agit en effet d’intégrer cet axe important de l’agglomération, construit en 1952, dans les préoccupations des déplacements urbains de ce 21e siècle.

cliquez sur les images pour les agrandir

Les objectifs

Au programme, 3 ans de travaux comprenant la rénovation complète du tube actuel et le percement d’un second tube servant à la fois de galerie de sécurité et de voie destinée aux déplacements en « mode doux » (1).

Malgré les contraintes du site, le Grand Lyon s’est donné plusieurs objectifs, parmi lesquels notamment :

  • Il s’agit bien sûr de respecter les normes de sécurité, notamment pour l’ouvrage existant. Cela passe par les aménagements destinés à l’évacuation et à la protection des usagers tout en permettant au services de sécurité d’intervenir rapidement sur les lieux.Toujours dans une perspective de sécurité, d’offrir la garantie de résistance au feu des structures et de mettre en place un système de ventilation performant.
  • Sur le plan politique, le Grand Lyon, à travers son Plan de déplacements urbains (PDU), a fait un certain nombre de choix devant favoriser les modes doux et les transports en commun et surtout ne pas favoriser le trafic automobile.

Une meilleure prise en compte des riverains entrainera un réaménagement des abords, côté Saône, mais surtout côté Rhône. La place Chazette, mais aussi le cours d’Herbouville verront leur aménagement revu.

Le projet

Il s’agit donc de rénover en profondeur l’existant et de percer un nouveau tube.

L’illustration ci-dessus montre, vu côté Rhône, à quoi pourrait ressembler le futur tunnel de la Croix-Rousse. A gauche, le tube actuel rénové. Il permet, comme aujourd’hui, la circulation automobile en 2 fois 2 voies séparées au centre. Les transports en commun emprunteraient ce passage dans le sens Saône-Rhône uniquement.

Le second tube, à droite, serait, lui, réservé aux transports en commun circulant dans le sens Rhône-Saône. Il permettrait également un passage des « modes doux », avec une piste cyclable et une voie piétons. Cette dernière serait placée au centre, isolée des autres voies de circulation et bénéficiant de la zone la plus éclairée.

Afin de rendre ce tunnel attractif pour les cyclistes comme pour les piétons, il est prévu qu’il soit « animé » par la projection d’œuvres numériques sur un mur blanc. C’est ce que permet d’imaginer l’illustration ci-dessus, bien que la voie piétons n’y figure pas (2).

On peut voir ci-dessus à quoi pourrait ressembler les abords du nouveau tunnel côté Saône et côté Rhône.

Les travaux

Les travaux débutent donc le 8 mars prochain et l’ouvrage devrait être livré début 2014.

Après l’installation du chantier et les terrassements aux têtes du tunnel, le percement du nouveau tube devrait débuter dans les prochains mois pour s’achever vers la fin du 1er trimestre 2013.

C’est à ce moment-là que commencera la rénovation du tube existant.

Jusqu’à mi 2012, des fermetures temporaires auront lieu afin de procéder aux tirs nécessaires au percement. Ces fermetures devraient durer chacune environ 1 heure, 1 à 2 fois par jour, lors de ces tirs.

Il est ensuite prévu que l’ensemble soit fermé durant un peu plus de 6 mois, jusqu’à la fin des travaux.
Voilà qui nous laisse le temps de nous familiariser avec les fameux itinéraires de substitution.
Rappelons que côté Saône, il faut suivre les panneaux « S9 » qui conduisent à travers la presqu’île jusqu’à la rue Grenette et le pont Lafayette. Côté Rhône, ce sont les indication « A6 (Paris) » qui conduisent au tunnel de Fourvière via Perrache.

(1) Il est généralement admis d’appeler modes de transport doux, ceux qui utilisent une énergie renouvelable. On pense bien entendu à la propulsion éolienne, mais aussi animale et bien sûr humaine, la marche à pied.

(2) Les illustrations issues de la présentation faite à la Commission déplacements du 2 juillet 2007 peuvent ne pas refléter de manière précise le projet définitif.

Photos et illustrations : sauf indication contraire, les images sont issues de la présentation
à la Commission déplacements du 2 juillet 2007.
Photo de la page d'accueil : Campenon Bernard

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

    Autres articles à lire sur Saônor.fr :