L’Île Barbe, ancien site religieux

Par • jeudi 30 septembre 2010 • Rubrique(s): Archives, Le saviez-vous ?
L’Île Barbe, qui signifie « île sauvage », se situe sur la Saône à 6 km au nord de LYON.
Dès l’époque romaine, l’histoire précise que cette île était le refuge des druides, puis des chrétiens persécutés.

Une abbaye est construite sur cette île au cours du Ve siècle. Il s’agit du premier établissement monastique de la région lyonnaise et l’un des plus ancien de la Gaule.

Charlemagne la dota d’une belle bibliothèque.

Elle prit, en premier, le nom de Saint-Martin, puis de Saint-Loup (évêque lyonnais mort aux alentours de 540).

Malgré de nombreux pillages (notamment en 676, 725 et 945), cette dernière se relève plusieurs fois, notamment grâce à la volonté des évêques lyonnais et aux différents détenteurs du pouvoir.

Au IXe siècle, cette abbaye devient bénédictine et compte en son sein 90 religieux.

Du fait de ses nombreuses possessions (terres, églises, chapelles) dans le Forez, la Bresse, les Alpes ou encore la Provence, elle a une puissance importante, puissance décuplée par la possession de reliques, qui attiraient une foule de pèlerins. Cette puissance lui permettait d’avoir une grande indépendance vis-à-vis de l’archevêque de LYON.

De nombreuses processions avaient lieu sur l’île, à Pâques, à l’Ascension, à la Pentecôte à la Saint-Loup ou à la Saint-Martin, processions s’accompagnant, au fil du temps, de musiques, de danses, de collations sous les arbres et dans les prés.

Petit à petit, ces processions se transformèrent en quelque chose de plus profane, où l’Île Barbe devient un lieu de rencontre pour les Lyonnais qui y venaient en petits bateaux, souvent conduits par les femmes et décorés.

Du fait de sa situation (dernier relais par voie d’eau avant LYON), l’Île Barbe jouissait d’une grande vénération de la part des mariniers qui la saluaient au passage et manifestaient un respect particulier pour Notre-Dame de l’Île.

L’abbaye fut dévastée et incendiée en 1526 par les troupes protestantes.

En 1551, l’abbaye est sécularisée. Elle est supprimée en 1782.

Déclarée bien national en 1793, elle est morcelée et vendue à des propriétaires particuliers.

Toutefois, à la disparition de l’abbaye, l’Île Barbe resta un lieu festif où, à la fin de l’Ancien Régime, pendant la Révolution ou l’Empire, on vient se montrer et faire assaut d’élégance.

Ce n’est qu’en 1827 qu’un pont suspendu fut construit, enjambant l’île et reliant les deux rives de la Saône.

article déjà publié le 23/04/2009

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

Voir les derniers articles de

Mots Clefs : , , , , , , ,


    Autres articles à lire sur Saônor.fr :

Fatal error: Call to undefined function related_posts() in /var/www/saonor.fr/public_html/mag/wp-content/themes/saonor-1/single.php on line 97