Assises

Par • jeudi 24 juin 2010 • Rubrique(s): Archives, Vos contributions

Tout commence par une lettre…… de la mairie.

Ouverture sans question et sans inquiétude… Information d’un tirage au sort, banal direz-vous ; eh bien non.
Je n’avais rien gagné, sinon la joie et le plaisir de faire partie des « élus » de ma commune qui pourraient éventuellement faire partie d’une session d’assises pour l’année 2010.

Angoisse, palpitations … en gros, la trouille… et les questions : pourquoi moi ? En quel « honneur » ? Comment faire pour ne pas y aller ? Comment ça se passe ? … Bref, les questions habituelles que tout un chacun peut se poser (et se pose, certainement).
On se renseigne vite fait, au cas où (qui, pourquoi, comment …… et j’en passe).

Puis vient l’optimisme … Rien ne dit que je devrais siéger ……
En effet, après le tirage au sort dans la commune, tirage réalisé sur les listes électorales (sachant qu’un tirage a lieu dans chaque commune, vu le nombre de communes dans le département, donc le nombre de personnes par tirage ……) je pouvais donc être optimiste …
De plus, il faut savoir qu’après ce tirage, il existe encore deux « filtres » : tout d’abord un nouveau tirage est effectué au niveau du département (je sais, les chances augmentent……), puis un autre qui désigne les jurés retenus à une session.

Donc, je pensais pouvoir être optimiste …… enfin, un peu.
Donc, je prends la lettre, je la mets de côté et je m’empresse de l’oublier, ayant d’autres préoccupations en tête.

Quelques mois plus tard, nouvelle lettre, cette fois-ci du Ministère. Ai-je donc oublié de payer mes impôts ? Il faut que j’en parle à mon homme (vu que, de ce côté-là, c’est lui qui gère).
Pareil, ouverture sans méfiance, mais avec curiosité.
Et là, le choc ……… convocation à la session d’assises de mai … L’horreur … La panique.
Ils sont très organisés, ils vous joignent même la liste des affaires avec les chefs d’accusation.
Et là ………, on souhaiterait être ailleurs … Très loin.
Et puis, je viens de changer de travail (enfin pas encore, mais je commence le 2 mai et la session commence le 17, et pour trois semaines…). L’horreur.

On tente de se renseigner …… bien naturellement, on ne connaît personne qui « y soit passé ».
Bon, on zappe (internet, magazines). Où on vous explique que c’est un devoir citoyen… Ben voyons…
Petit à petit on en apprend plus.
On apprend que 52 jurés sont tirés au sort à chaque session, que l’employeur ne peut pas vous empêcher d’y participer, sous peine d’amende (dont je ne vous parle même pas). On vous indique également que si vous ne vous présentez pas vous serez passible d’une amende de 3 500 € (eh oui, ça dissuade…).

On commence par avertir son « futur » patron de ce qui nous tombe dessus (le pauvre, il n’y peut rien mais bon), on réfléchit à la dureté de ce monde qui nous oblige à……
Et puis, bon gré mal gré…… comme il faut que…….

On se présente le premier jour… premier choc : l’entrée aux « 24 colonnes ». Eh oui, ça se passe là-bas. Bâtiment magnifique, en cours de restauration, hauteur de plafond vertigineuse…… mais froid glacial.
Cette première demi-journée sert de « cours » où on vous explique le fonctionnement des assises, des jurés et où l’on vous développe le programme des trois prochaines semaines.

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

Voir les derniers articles de

Mots Clefs : , ,


    Autres articles à lire sur Saônor.fr :