Soyez Kyoto-compatible

Par • jeudi 10 décembre 2009 • Rubrique(s): Actualité, Archives, Archives de Saônor.fr, Grand Lyon, Urbanisme & Environnement

Tout le monde est à Copenhague ? Eh bien non, le Grand Lyon est resté à Lyon.

Il vient d’inaugurer sa plateforme sur le site www.leclimatentrenosmains.org .

Il devient ainsi possible, pour chacun, de calculer ses propres émissions de gaz à effet de serre (GES) et de situer son résultat par rapport aux exigences du protocole de Kyoto.

Véritable lieu participatif, il sera alimenté, entre autres, par l’échange de conseils des utilisateurs.

Et puisqu’en bon français il est toujours appréciable de lorgner le doux pâturage voisin, il est également possible de voir le nombre d’engagés de sa commune et leur rejet de GES.

Nous sommes dans le cadre d’une nouvelle dynamique où le Grand Lyon ne peut agir seul, il faut entraîner les Grands Lyonnais. Pour ce faire, nous souhaitions communiquer directement avec eux afin de les impliquer, et non plus par l’intermédiaire des mairies” explique Bruno Charles, vice-président du Grand Lyon chargé du développement durable.

Rassurons-nous, il ne s’agit pas là de “moraliser ou culpabiliser le citoyen”, mais d’en faire un héros ordinaire.

Par ailleurs, la finalité de cet outil est d’offrir des solutions.

Alors un peu d’indulgence, même s’il est vrai qu’un scepticisme naissant peut être compréhensible à la lecture de telles recettes miracles : “j’achète moins”, “je renonce à prendre l’avion à des fins touristiques pour l’année à venir” ou “je m’engage à partager mes tuyaux écolo”.

Mais ne soyons pas condescendant, car l’irrévérence n’a pas non plus la capacité de faire évoluer la problématique.

Le site a le mérite, lui, de totaliser les gains effectifs par personne, un baromètre indéniablement profitable à la prise de conscience individuelle. De plus, le contribuable n’en pâtira pas trop puisque cette initiative est développée par “La Revue Durable”, le coût de revient s’en trouve évidemment soulagé (8 000 € pour cette année, puis 2 000 € annuels).

Cette plateforme virtuelle intervient donc comme un prolongement des actions environnementales menées par le Grand Lyon, notamment via le Plan Climat instauré en 2005. Ce n’est assurément pas un hasard si la ville lance un site “vert” en plein déluge médiatique du sommet de Copenhague.

En effet, la capitale des Gaules souhaite devenir une référence en politique écologiste à l’échelle nationale. Postulat ou clabaudage ? Il paraîtrait que Lille serait aussi sur le coup…

Photos : JB

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

    Autres articles à lire sur Saônor.fr :