Modification du PPMH à Couzon

Par • jeudi 20 mai 2010 • Rubrique(s): Actualité, Archives, Couzon au Mont d'Or, Urbanisme & Environnement

Parallèlement à la procédure de modification du PLU n° 7, le plan des périmètres des monuments historiques sera également modifié pour la commune de Couzon-au-Mont-d’Or.

Dans ce village, deux monuments sont classés monuments historiques : le clocher de l’église et le domaine de la Guerrière.

Le clocher de l’église est l’un des deux éléments subsistant, avec le chœur, d’une ancienne église médiévale datée du 12e siècle. Il est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis le 5 juillet 1927.

Le domaine de la Guerrière fait partie de ces nombreuses demeures de campagne de la noblesse lyonnaise construites au 17e et 18e siècle, les mentions les plus anciennes attestant de sa vente par un premier acte notarié en 1640.

Les dispositions actuellement visibles de ce qui fut un « élégant petit château » et ses jardins sont plutôt à dater des transformations considérables et de l’agrandissement par l’achat des terres au milieu du 18e siècle, alors que l’escalier monumental de style Louis XV, qui dessert les deux corps de logis, est construit au début du 20e siècle.

L’ensemble de cette propriété est clos de murs et ses bâtiments sont établis au flanc d’un coteau dominant la Saône au pied des carrières de Couzon.

cliquez pour agrandir l'image
cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le château est composé essentiellement de deux corps de bâtiment principaux à angle droit, terminés chacun par des tours rectangulaires plus hautes.

Une chapelle prolonge le corps de bâtiment à l’est et d’autres édifices ou pavillons occupent les jardins.
Les jardins font partie de la propriété et ont, comme elle, également conservé des parties ordonnancées d’origine : la terrasse principale, l’allée cavalière, « l’allée des soupirs », le pigeonnier transformé en orangerie, la cour du vivier, l’escalier à double volée, les portails.

Au sud de la rue Rochon, « la Combe », coteau très pentu, a été aménagé en jardin d’agrément ; il était accessible par un pont, aujourd’hui démoli, qui enjambait la rue depuis le balcon du 2e niveau. Les bâtiments de la ferme, ainsi que les portails formant le Domaine et dignes d’intérêt pour le bon état de conservation de leurs dispositions d’origine, sont également classés au titre des monuments historiques par arrêté du 4 mai 1998.

Le tracé d’origine des périmètres de protection de 500 m incluait des secteurs où l’influence des monuments s’avère aujourd’hui très limitée. Le nouveau périmètre propose d’exclure l’essentiel des zones pavillonnaires à l’ouest, ainsi qu’au sud et au nord.

Ces secteurs, entièrement urbanisés dans la deuxième moitié du 20e siècle, ne comportent aucun intérêt patrimonial par rapport aux monuments et au village, très peu d’intérêt paysager à l’exception des zones proches du domaine de la Guerrière et du site végétal de la Madone, Notre-Dame des carrières.

cliquez pour agrandir l'image
cliquez sur l’image pour l’agrandir

En revanche, il est proposé d’intégrer l’ensemble du vieux bourg et l’ensemble du hameau ancien, au sud du bourg près de la Saône, afin de conserver la qualité d’ensemble des bords de Saône au-delà même du périmètre de 500 mètres actuel.

Il est également suggéré de préserver le caractère végétal marquant le paysage.

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

    Autres articles à lire sur Saônor.fr :

Fatal error: Call to undefined function related_posts() in /var/www/saonor.fr/public_html/mag/wp-content/themes/saonor-1/single.php on line 97