Limonest et St-Didier

Par • jeudi 20 mai 2010 • Rubrique(s): Actualité, Archives, Limonest, Saint Didier au Mont d'Or, Urbanisme & Environnement

Couplée à la modification n° 7 du PLU, il est également procédé à l’enquête publique sur la modification des périmètres des monuments historiques. Nous reprendrons ici les modifications envisagées pour les communes de Limonest et Saint-Didier.

Sur ces communes, l’architecte des bâtiments de France (ABF) propose un périmètre de protection modifié autour du château de Saint-André, à Saint-Didier-au-Mont-d’Or. Ce château, bien que situé en proche périphérie de Lyon, se situe dans un écrin naturel très bien préservé. Situé en extrémité d’une croupe de colline entre deux vallons, les vues sur le château sont perceptibles essentiellement depuis l’est et le sud.

La limite est du périmètre de protection modifié se situe sur la ligne de crête de vallon : là où les vues sur le château et son jardin sont les plus remarquables.

Au sud, le périmètre s’arrête à la confluence des deux vallons et sur le chemin vert, là où la vue sur le château est remarquable : dégagée de tout bâti.

A l’ouest, la ligne de crête délimitée par le chemin Saint-André apparaît très mitée ; cependant elle compte beaucoup dans l’environnement du château vu depuis l’est. Il est donc prévu d’intégrer le bâti à l’est du chemin (côté château) pour contrôler son évolution.

Au nord, l’arrière du château étant partiellement boisé, seules les premières maisons perceptibles dans l’environnement proche du château sont intégrées dans le PPM afin d’en contrôler l’évolution. L’espace mité au nord n’est pas retenu.

Le versant tourné vers le château, du hameau de Meruzin est intégré au PPM pour sa complémentarité historique.

Sur la commune de Saint-Didier, c’est le mur composé de pierres sculptées de l’ancienne abbaye de l’Île Barbe qui est à l’origine de cette modification.
Ce mur fait partie intégrante du parc du domaine de Chantemerle. La maison principale, sans doute du 16e siècle, participe à la composition paysagère de l’environnement immédiat. À cela s’ajoute la propriété mitoyenne dite « Villa Gros », agrandie en 1920 par Tony Garnier qui a recomposé en partie le jardin en terrasse dans un esprit méditerranéen.
Le périmètre modifié englobe les voiries environnantes de Chantemerle, chemin du Meruzin, ainsi que la partie du hameau historique « du David » au sud.

L’objectif est de préserver l’environnement proche du monument, essentiellement le parc paysager en forte pente avec terrasses et le bâti le plus proche pour en contrôler l’évolution.
Le PPM réduit logiquement fortement le périmètre de 500 m, vu l’impact limité du monument et le développement généralisé du pavillonnaire dans le secteur périurbain de l’agglomération lyonnaise.

Toujours à Saint-Didier, le cœur de la chapelle de Saint-Fortunat est inscrit depuis le 28 avril 1980 aux monuments historiques. Situé au cœur du hameau de Saint-Fortunat, cet ancien village de carrière forme un ensemble remarquable le long de la rue de la République.

L’espace à l’est du chemin des Gorges, entièrement naturel et préservé de toute construction, constitue un espace de mise en valeur du hameau et de la chapelle. Aussi, le PPM se délimite pour l’essentiel le long des voiries.

A l’ouest, il se limite en ligne de crête (avenue Jean Jaurès) pour intégrer tout le versant est tourné vers le hameau et la chapelle.

Au nord il se limite au chemin du Belvédère et son prolongement.
A l’est, il intègre pour l’essentiel les prairies et cultures du versant qui fait face à la chapelle et au hameau.

Au sud, il se limite aux maisons anciennes, c’est-à-dire au sentier du bosquet et au chemin des Brosses.
L’objectif de ce PPMH est de préserver et valoriser le bâti ancien caractéristique d’un village de carrier, indissociable de la chapelle, de préserver l’espace naturel à l’est et d’intégrer le secteur pavillonnaire à l’ouest le plus en vue du monument et du village pour en contrôler son évolution.

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

Voir les derniers articles de

Mots Clefs : , , , , ,


    Autres articles à lire sur Saônor.fr :