Jérôme Colin, un marginal au cœur de la société

Par • jeudi 18 février 2010 • Rubrique(s): Actualité, Albigny sur Saône, Archives, Culture & Loisirs, ete 2010, Vie locale

Du haut de ses 34 ans, Jérôme Colin est le genre de personne que l’on peut aisément qualifier d’inqualifiable. Incarnation de la modernité tant par ses peintures, notamment à la chaux, que par sa personne, il se livre à Saonor.fr, dans son petit atelier d’Albigny-sur-Saône, avec simplicité et une rare sincérité.

Véritable oxymore ((figure de style liant 2 mots de sens contradictoire (ex : silence assourdissant) )) vivant, Jérôme Colin réussit la combinaison pourtant antithétique de l’art et des sciences  à travers des ouvrages picturaux, dont le choix des matières valse avec les contrastes : « J’ai toujours aimé la Science et c’est aussi ce qui m’a permis de garder les pieds sur terre. Je pense que la technique est fondamentale dans l’art ».

Mais l’homme cumule les paradoxes. A la fois artiste ET artisan, il balaye de son œuvre la sempiternelle interrogation sur « l’art ou les arts ? ».  Il est la parfaite fusion du créateur intellectuel qu’est le peintre et du travailleur manuel qu’est l’artisan.

L’originalité du personnage ne s’arrête pas là. Loin de pratiquer un quelconque jésuitisme, l’homme anéantit de son acerbe franchise les poncifs de l’artiste : « Je ne me reconnais pas dans la caricature de l’artiste bien souvent perçu comme bohème. Je n’ai pas peur de faire de la prospection pour vendre mon savoir-faire ». Une détermination dénuée d’une quelconque prétention, l’homme ne se ment pas, pas plus qu’à son interlocuteur, et bouleverse une fois encore  un stéréotype, celui de l’artiste éternellement insatisfait de ses créations : « Je me dis que si j’étais quelqu’un d’autre, j’adorerais mes tableaux ».

Bien loin d’une toile barbouillée de chaos ou d’expression morbide, la démarche de Jérôme Colin est avant tout la quête et l’innovation, grâce aux matières et à ce qu’elles peuvent offrir : « La recherche n’est pas liée à l’expression de quelque chose mais à la création de quelque chose. Je veux un tableau qui permet la tranquillité du regard ».

cliquez sur les images pour les agrandir

Aujourd’hui, c’est à l’Agora Gallery de New-York que les compositions de Jérôme s’apprêtent à prendre place en juin prochain. Mais nul n’est besoin d’aller si loin ; pour admirer ses prouesses artistiques, rendez-vous sur son site internet www.jecopeinture.fr.

Parcours : Après l’obtention d’un bac économique et social, il se décide à partir quelques mois en Chine, dont le mode de vie spartiate ne l’empêchera pas d’y rester finalement un an et demi. De retour sur Lyon et une fois un BTS en poche, il s’exile au Brésil pour deux années. Le retour au bercail est bref puisqu’afin de conclure ses années en théologie à la Faculté catholique, il s’engage à accomplir intégralement le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Période mystique et vision de la vie embellies s’ensuivent. En quête permanente de renouveau, Jérôme multiplie les formations et participe à la réalisation de nombreuses façades et trompe l’œil entre France et Chine.

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

Voir les derniers articles de

Mots Clefs : , , , , , , , ,


    Autres articles à lire sur Saônor.fr :

Fatal error: Call to undefined function related_posts() in /var/www/saonor.fr/public_html/mag/wp-content/themes/saonor-1/single.php on line 97