Carte blanche pour nuit noire

Par • jeudi 10 décembre 2009 • Rubrique(s): Actualité, Archives, Grand Lyon, Idées Restos

« Petit, vous étiez du genre à avoir peur dans l’obscurité. Encore un peu maintenant, d’ailleurs. C’est le moment de combattre vos vieux démons de la plus délicieuse des façons. Imaginez : un dîner de rêve en comité restreint… Mais dans le noir complet !

Avouez qu’il y a plus effrayant dans la vie, non ?  »

C’est ainsi que mylittlelyon annonçait le diner gastronomique dans le noir lancé sur Lyon par Philippe Gauvreau.

Très à la mode sur Paris, ce concept de dîner dans le noir vous propose de redécouvrir votre assiette, de réévaluer votre notion du goût et de l’odorat. Vous êtes guidés par des non-voyants et, dans le noir complet, vous pouvez dîner ou simplement boire un verre.

Au pavillon de la Rotonde, le chef étoilé Philippe Gauvreau vous propose un dîner gastronomique, soit sept plats et sept vins, sélectionnés eux, par Alain Gousse. Chaque convive doit reconnaître les mets (viandes, poissons et accompagnements) et les vins dégustés (blanc ou rouge, millésime et cru)… avec, à chaque table, un chef de table qui note les observations de chacun. A la différence du concept parisien, la pièce est simplement plongée dans l’obscurité et les yeux sont bandés.

Hormis si vous tentez l’expérience en groupe, et hormis votre plus proche voisin si vous tentez l’expérience à deux, vous ne connaissez pas ceux avec qui vous allez partager ce repas. Et pourtant assez rapidement chacun se laisse prendre au jeu des devinettes : c’est un blanc, et chacun de dire une année et une région… poisson, crustacé, chacun se laisse porter par son ressenti, par les goûts, par les odeurs… et par le toucher.

Privé de votre vue, et après avoir ramené plusieurs fois une fourchette vide à votre bouche… vous vous laissez aller à pinailler avec vos doigts avec un émerveillement sans pareil… et bientôt c’est allègrement que vos doigts pataugent dans votre assiette : quelle importance ? Le maître d’hôtel n’aurait pas l’outrecuidance de vous rappeler les règles de bienséance… Et que le toucher aide… Notre table a fait un sans faute pour reconnaître la viennetta, le carpaccio de betterave crue… Et puis même si votre voisin ne le dit pas, soyez sûr qu’il l’a fait. Non mais !

Lorsque la lumière revient, vous faites connaissance avec vos voisins… une voix, une tête. Et les rires de chacun aux propositions parfois saugrenues proposées sur un mets. Une soirée d’exception, une soirée réjouissante, un chef absolument étonnant…

Prochain rendez vous en avril au pavillon de la Rotonde.

Parce que l’occultation de la lumière permet de sublimer les goûts…

Aussi… vais-je dorénavant bander les yeux des enfants pour leurs faire manger avec les doigts des frites à la carotte… sur un malentendu… pardon, une mal vue ?

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

    Autres articles à lire sur Saônor.fr :