Pic nic ou pique-nique

Par • jeudi 8 juillet 2010 • Rubrique(s): A la Une

Peu importe la manière de l’écrire, la saison bat son plein et les pique-niques en famille ou entre amis colonisent les coins les plus agréables et, entre Mont-d’Or et Val de Saône, ils ne manquent pas.

Il y a quelques jours, à l’occasion de l’un de ces moments entre amis, à l’heure de l’apéritif, des groupes se forment spontanément.

Allez savoir pourquoi, les messieurs se retrouvent d’un côté commentant les derniers matches intéressants. Il parait qu’il y en eut.

Pendant ce temps, la gent féminine attaque sur d’autres sujets, notamment le dernier roman lu, à lire ou à éviter, 800 pages s’il vous plaît !

Plus tard, le temps de la digestion venu, les couturiers prendront leurs aiguilles, confectionnant à des absents autant de commentaires acidulés qui les habilleront chaudement le temps de la prochaine saison.

Les enfants s’étant un peu éloignés, l’un des convives s’interroge à haute voix sur l’origine de cette expression. Pique, d’accord, on peut voir mais après …

D’autres renchérissent à mon attention, lecteurs fidèles et assidus de Saônor.fr, « alors Pierre, il faut nous expliquer, au moins on saura ! ».

Mais je ne leur ai rien fait moi, j’ai juste servi l’apéro, pourquoi me demander ça à moi ?

En plus, il me semble me souvenir vaguement, très vaguement, qu’aucune origine ne fait vraiment l’unanimité et que l’on peut trouver de multiples versions, toutes aussi érudites les unes que les autres.

Mais bon, les amis, je relève le défi.

Et là, les ennuis commencent réellement !

En effet entre les version purement françaises, celles qui mentionnent des allers-retours à travers la Manche ou à travers le Rhin … impossible de déterminer s’il y a une origine unique, surtout au « nique » du picnic.

Je vous livre donc quelques-unes de ces hypothèses, faites le tri.

Selon le dictionnaire de l’Académie Française, il s’agit d’un « repas dans lequel chacun paie son écot ou apporte son plat ». Rien que nous ne connaissions déjà.

Ce n’est pas là que l’on trouvera l’origine de l’expression.

Il faudra remonter un plus loin, vers le XIIIe siècle, nous dit le dictionnaire historique de la langue française Robert, le terme « nique »  qu’on retrouve dans l’expression « dire nic », c’est-à-dire « ne pas se soucier de », signifie « chose de peu de valeur ».

Ce serait donc faire un repas de peu de choses.

Pour être un peu plus complet, selon d’autres sources, il y aurait là une origine germanique.

Nous savons ce qu’est une lancée pique entre amis.

La nique viendrait alors de l’allemand « nicken » qui veut dire dodeliner du chef, hocher la tête.

Ce qui a amené François Génin à considérer que l’on pourrait dire « Tu me piques, je te nique, partant quittes. (…) Cette partie et revanche, c’est l’expression de l’équilibre, de l’égalité entre les parties. (…) »

A travers ces quelques versions, pas facile de s’y retrouver. Un sens commun toutefois, celui du partage et de l’égalité entre les amis participant aux agapes.

Allez retournons à nos amis et aidons-les à leurs travaux de couture … tellement plus amusants.


Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

Voir les derniers articles de

Mots Clefs : , , ,


    Autres articles à lire sur Saônor.fr :

Fatal error: Call to undefined function related_posts() in /var/www/saonor.fr/public_html/mag/wp-content/themes/saonor-1/single.php on line 97