Elus – Associations : même combat

Par • jeudi 23 septembre 2010 • Rubrique(s): A la Une, Archives

En lisant la contribution du VSA Neuville sur le projet du plateau sportif du lycée Rosa Parks, on peut se poser plusieurs questions sur la relation et la communication qui existent entre le pouvoir décideur que sont les communes et les futurs utilisateurs des infrastructures mises en place.

D’un côté, vous avez des élus qui gèrent des budgets de plus en plus serrés et de l’autre, des associations qui se débattent dans des problèmes d’effectifs en termes de bénévoles et de meilleures conditions d’entraînement et d’utilisation d’infrastructures communales. J’insiste bien sur le terme « communales » qui désigne des biens qui appartiennent à la communauté. Même si la gestion de ceux-ci doit être réglée par des élus, il n’empêche que les administrés doivent aussi avoir un droit de regard sur les choix financiers importants que certaines réalisations engendrent.

C’est à ce moment-là que le système prouve ses limites. Très peu souvent, tout du moins pas sur ce dossier apparemment, les futurs utilisateurs, donc les plus concernés,  sont invités à participer aux grands projets pour donner un avis consultatif. En disant cela, je suis l’un des premiers fautifs puisque j’ai assisté, en tant qu’élu, aux premières réunions du syndicat intercommunal. Est-ce ma position d’élu sûr de ses certitudes ou est-ce le fait d’être au cœur de la décision et de ne penser qu’au projet en lui-même ? Toujours est-il que jamais l’idée de demander un avis à des utilisateurs ne m’est venue à l’esprit.

Pour avoir été des deux côtés de la barrière, le rapprochement des élus et des associations n’est pas si facile que cela devrait être. La plupart des élus pensent détenir la vérité tandis que les associations demandent aux communes beaucoup plus que celles-ci ne peuvent donner. Alors, il arrive ce qui se passe aujourd’hui, on risque de construire des infrastructures  qui ne contenteront personne, tout cela par manque de communication. La note est salée puisqu’on parle de 600 000 €. Avant de se lancer complètement dans cette réalisation, peut-être serait-il intelligent et responsable que les élus écoutent les utilisateurs et que les associations comprennent les obligations des élus. Cela me paraît la seule solution pour éviter une réalisation qui risque de ne satisfaire personne.
A ce moment-là, on pourra dire élus – associations, même combat.

Partager, imprimer, envoyer :

| | Plus

Voir les derniers articles de

Mots Clefs : , ,


    Autres articles à lire sur Saônor.fr :